La Chapelle Jésuite

La construction de cette chapelle ne commença qu’en 1673, d’après certains selon les plans attribués à Etienne Martellange, architecte de la Compagnie de Jésus, chargée par le cardinal François de Tournon de l’enseignement depuis 1561.

L’extérieur – la façade

Vierge à l'enfant, Détail de la chapelle du lycée Gabriel Faure

La façade en pierre de molasse, restaurée en 1936, est composée de deux ordres romains, dorique au rez-de-chaussée (photo de gauche), composite au-dessus (photo de droite).

Une magnifique porte ouvre sur la ville. Elle est surmontée d’une niche abritant une Vierge à l’Enfant.
De chaque côté, deux autres niches sont restées vides.

Les toitures des bas-côtés sont cachées derrière les grandes accolades de pierre, de style jésuite, tandis que la toiture de la nef reste en partie visible en arrière d’une grande lucarne. Cette toiture à grande pente et brisis est recouverte de tuiles plates vernissées.

L’intérieur

Un plan très simple : une grande nef à cinq travées, fermée côté cœur par une voûte en cul de four et latéralement par deux rangés de chapelles latérales. La nef est éclairée par dessus une galerie périphérique, accessible uniquement depuis les bâtiments conventuels dont ne subsiste que la circulation contiguë (galerie des Tapisseries).
Les piliers rectangulaires comportent un pilastre dorique avec entablement, supportant les voûtes d’arêtes du plafond. La galerie est elle-même assise sur voûtes d’arêtes reposant latéralement sur des pilastres doriques s’élevant sur les faces latérales des piliers.

Sous l’autel, a été déposé en 1721, suivant son vœu, le corps du Cardinal que les Révolutionnaires ont enlevé par la suite.

La chaire sculptée est du xviiie siècle.

Un petit orgue, restauré après la dernière guerre, accompagnait les offices.

La sacristie fut construite en 1779 par les Oratoriens.

La chapelle est ouverte à des manifestations culturelles depuis septembre 2009.

Chapelle du Lycée, avant restauration
Chapelle jésuite, avant restauration